Accident vasculaire cérébral

Un accident vasculaire cérébral (AVC) est un arrêt soudain de l’irrigation sanguine du cerveau. Dans environ 85 % des cas d’AVC, une artère irriguant le cerveau devient obstruée (ischémie). Près de 13 % des AVC surviennent lorsqu’un vaisseau sanguin éclate dans le cerveau ou à proximité de ce dernier (hémorragie). Un petit pourcentage des accidents vasculaires cérébraux surviennent suite à un accident ischémique transitoire (AIT), c.-à-d. un mini-AVC. Les AIT se distinguent des accidents ischémiques cérébraux par le fait que l’irrigation sanguine du cerveau n’est bloquée que pendant une courte période, généralement moins de cinq minutes. Dans environ 79 % de tous les cas d’AVC, un vaisseau sanguin irriguant le cerveau est bloqué, p. ex., par un caillot sanguin. Cela entraîne une irrigation sanguine insuffisante. Près de 13 % des patients ont exactement les troubles opposés, c’est-à-dire un saignement au niveau du cerveau dû à une lésion des vaisseaux sanguins. Dans les deux cas, l’irrigation sanguine de certaines régions du cerveau n’est plus suffisante en raison d’un trouble circulatoire local.


Fréquence

Plus de 700 000 adultes âgés de 20 ans ou plus au Canada vivent avec les conséquences d’un AVC. L’accident vasculaire cérébral est une des principales causes d’invalidité de longue durée. Plus de la moitié des survivants d’AVC âgés de 65 ans et plus présentent par conséquent une mobilité réduite. Les coûts associés aux AVC au Canada atteignent plus de 2 milliards $ par année, comprenant le coût des soins de santé, des médicaments pour soigner la maladie et les salaires perdus.

Symptômes

Les symptômes d’un AVC peuvent varier considérablement d’une personne à l’autre, notamment en ce qui concerne leur gravité. En voici quelques-uns :

  • Un trouble de la vue
  • Un champ visuel restreint
  • Des perturbations de la perception de la profondeur, une double vision
  • Des troubles du discours et de la compréhension du langage
  • Une paralysie, un engourdissement
  • Des perturbations de la sensation du toucher
  • Un affaissement du pourtour de la bouche, de tels dysfonctionnements peuvent également survenir dans la jambe et le bras (pied tombant et poignet tombant)
  • Des douleurs à l’épaule
  • Une instabilité de la fonction de l’articulation de genou en position debout
  • Une instabilité du torse
  • Des vertiges associés à une démarche incertaine
  • Une spasticité de différentes formes et à différents degrés de gravité

Réadaptation

La réadaptation qui suit un accident vasculaire cérébral est conçue pour aider les survivants à devenir aussi autonomes que possible et à bénéficier de la meilleure qualité de vie possible. Bien que la réadaptation ne puisse pas inverser les lésions cérébrales provoquées par un AVC, elle peut aider les survivants à réapprendre les habiletés perdues lorsqu’une partie du cerveau est endommagée.

La thérapie de réadaptation commence généralement par les soins aigus reçus à l’hôpital une fois l’état de la personne stabilisé. La réadaptation peut comprendre la collaboration avec un orthophoniste, un physiothérapeute et un ergothérapeute. Pour certains survivants d’un AVC, la réadaptation visant à préserver et à enrichir leurs habiletés peut se poursuivre pendant des mois, voire des années.


Gestion des orthèses

Les produits ci-dessous sont conçus pour améliorer la mobilité après un accident vasculaire cérébral. L’adéquation d’un produit à votre situation et votre capacité à exploiter au mieux ses fonctions dépendent de nombreux facteurs différents. Votre condition physique, votre forme physique et un examen médical détaillé entrent tous en ligne de compte. Votre médecin ou l’orthésiste choisira le produit qui vous convient le mieux. Nous sommes ravis de pouvoir vous aider.


Produits connexes